LES ŒUVRES DE VICTOR HUGO

article paru dans le n°5 de L'ECHO HUGO (2005), Bulletin de la Société des Amis de Victor Hugo
article écrit pour l'ECHO HUGO et autorisé par la Société pour sa parution dans le site du CPV

 

Les Burgraves
carte souvenir (non philatélique)
émise à l'occasion de l'ouverture de l'année Victor Hugo à Besançon

La renommée de Victor Hugo est internationale. Il est joué partout. Ses œuvres ou les adaptations de ses œuvres sont constamment à l'affiche. On ne cesse de le rééditer. Pourtant, seulement huit pays ( Congo, France, Guernesey, Hongrie, Monaco, Roumanie, Tchad, Viêt-Nam) ont créé des timbres qui s'inspirent de ses œuvres. Et cinq œuvres seulement y sont représentées (Hernani, Ruy Blas, Notre-Dame de Paris, Les Misérables, Les Travailleurs de la mer) ; huit si l'on tient compte des oblitérations (qui font référence à La Légende des siècles, à Dieu et à Quatrevingt-treize).
Deux œuvres, popularisées par les adaptations, se taillent la part du lion : Notre-Dame de Paris et Les Misérables. Les autres ne font qu'une apparition.
Je présenterai ces œuvres mises à l'honneur par le timbre dans leur ordre chronologique de rédaction et dans l'ordre des dates d'émissions. Mais mon sujet étant trop vaste, je ne pourrai présenter, dans ce numéro, que le théâtre et la poésie. Je traiterai des romans l'année prochaine.

THEATRE ET POESIE

Partie I - Le Théâtre

Hernani :
Écrite du 29 août au 24 septembre 1829, la pièce a été créée au Théâtre-Français le 25 février 1830 et suscité la fameuse bataille. L'édition originale, pleine de fautes et de corrections exigées par les acteurs et la censure, avait paru en mars 1830 chez Mame et Delaunay-Vallée puis, améliorée, chez Barba. D'après Anne Ubersfeld, qui a publié la pièce dans l'édition Laffont (coll.Bouquins) des Œuvres complètes, le texte le plus conforme aux vœux de Hugo est celui de 1841 (édition Furne).
Dans une série rendant hommage à des personnages de la littérature française, la France a émis, le 8 juin 1953, un timbre représentant Hernani. Il a été retiré de la vente le 25 septembre 1954. Ce timbre, de 18 F., était la taxe de la carte postale pour l'étranger.

Document Mercier d'après une litho d'époque 1830
Carte maximum - Edition les M.F. - Oblitération 1er jour Paris
Nota : une carte maximum est admise en philatélie ; c'est une classe spécifique. À partir du timbre, il doit y avoir concordance de temps et de lieu entre les 3 éléments que sont le timbre, la carte postale, l'oblitération.

Jean-Baptiste Firmin (1784-1859), ici représenté, a créé le rôle d'Hernani en 1830, au Théâtre- Français. Victor Pavie le décrit : " rugissant, épileptique et grêle, l'antipode du vers de Hugo ". Sa carrière s'achèvera en 1845. Victor Hugo, qui n'appréciait guère son jeu et, surtout, les réticences qu'il manifesta à l'égard de son rôle, lui rendit pourtant hommage dans une note de l'édition originale: " Monsieur Firmin, dont le jeu plein d'âme électrise si souvent l'auditoire ".

 

Marion Delorme :
Écrite du 2 au 26 juin 1829, la pièce devait être jouée au Théâtre-Français mais elle fut interdite par la censure avant même d'avoir été mise en répétition. Hugo y parle de la royauté lorsqu'elle devient absolue. C'est aussi un violent plaidoyer contre la peine de mort. Elle sera créée au Théâtre de la Porte Saint-Martin le 11 août 1831. Marie Dorval y crée le rôle de Marion et Bocage celui de Didier. La publication originale est de 1831 (Renduel) mais, selon Anne Ubesfeld, qui en assuré l'édition chez Laffont (coll. Bouquins), le meilleur texte serait celui de l'édition Furne, de 1841.

La Grande-Bretagne est le premier pays à faire payer l'acheminement du courrier par l'expéditeur - auparavant c'était le destinataire qui payait la taxe. Roland Hill proposa au public cette alternative : timbre-poste ou enveloppe prépayée. Le timbre emporta les suffrages et le premier parut le 6 mai 1840. Mais l'enveloppe co-exista quelque temps. C'était une feuille de papier, illustrée comme un billet de banque par M. Mulready, qui une fois pliée, formait une enveloppe. Deux tarifications, adaptées au poids de la lettre, étaient proposées au public : one penny et two pence. Ces lettres sont communément appelées " Mulready ". Il y eut des caricatures et des faux pour tromper la Poste.
Celle que nous reproduisons a la particularité d'être une Mulready publicitaire et est imprimée pour les annonces publicitaires d'œuvres littéraires de la Westminster Review . C'est une pièce limite en philatélie ou " border-line ". En effet, ce n'est pas la partie postale - l'illustration ou l'oblitération - qui est intéressante dans ce cas mais ce qui est écrit.

Mulready au tarif d'1 penny ; nous apercevons les pliages
Lettre du 26 septembre 1840, oblitération Croix de Malte rouge, cachet d'arrivée du 27 septembre 1840

Coté annonces publicitaires

 

The Marion de Larme of Victor Hugo
en dernière ligne de l'Art II THE FRENCH DRAMA

Ruy Blas :
Ecrit du 8 juillet au 11 août 1838, Ruy Blas fut créé le 8 novembre 1838 au Théâtre de la Renaissance, dirigé par Antenor Joly. La pièce a été publiée pour la première fois chez Delloye en 1838. Une édition critique avec de très riches commentaires en a été proposée pae Anne Ubersfeld aux éditions Belles-Lettres (Besançon, 1971).

La République Populaire du Congo, actuelle République du Congo, dit Congo Brazzaville, a émis, le 20 août 1977, pour le 175ème anniversaire de la naissance de Victor Hugo, une série de 3 timbres représentant Victor Hugo à différentes époques, avec 3 œuvres. Nous reproduisons ici celui qui évoque Ruy Blas.

La scène représente probablement la reine Maria de Neubourg,
agenouillée devant le corps gisant de Ruy Blas, dans un monastère.

Partie II - La Poésie

La Légende des siècles :
Ce recueil de poèmes a d'abord été publié en trois séries : " Première série " en 1859 ; " Nouvelle série " en 1877 ; série complémentaire en 1883. Puis l'ensemble a été restructuré et publié en quatre volumes de 1883 à 1884.

En Egypte, une oblitération " la Légende des Siècles évoquée par son et lumière ", en français, est émise dans les années 60.
L'hommage n'est pas directement rendu à Hugo, mais l'utilisation d'un titre si célèbre qu'il est quasiment devenu une locution courante, pour définir l'épopée pharaonique et séculaire de l'Egypte, nous a paru amusante.
En France, une oblitération émise par la poste de Dole du 18 février 2002 au 18 mai 2002 commémorant le bicentenaire, fait référence au recueil.

Oblitération mécanique SECAP HMS type II modèle 3

Dieu :
La grande interrogation que constitue le long poème Dieu est restée inachevée, peut-être parce que Dieu, selon Hugo, est inconnaissable et indéfinissable. Commencée à Jersey le 1er mai 1855, sous le titre Solitudines Coeli et très largement complétée à Guernesey au cours du 1er trimestre de 1856, l'œuvre sera publiée après la mort de Hugo en 1891, dans l'ordre inverse de la rédaction. L'édition critique de Journet et Robert en 5 volumes (1960-61 et 69) a restitué les ensembles tels que Hugo les a laissés.

Ce poème est rappelé, par une oblitération sur une carte représentant le cirque de Gavarnie, site évoqué dans l'œuvre et où fut donné, en juillet 1985, un spectacle à partir d'un montage d'extraits, réalisé par Michel Philippe. L'écrivain découvrit et admira le cirque de Gavarnie lors de son voyage dans les Pyrénées en 1843.

Carte souvenir avec timbre à date illustré grand format de bureau temporaire.

 

A suivre…

D. L. - CPV 155 - Club Philatélique de Vélizy
mai 2005
Avec le concours de C. P. pour la partie historique concernant Hugo
Avec la participation de la Secré